banner

Blog

Jul 14, 2023

Comment Hugh Findletar est devenu un artiste du verre noir rare à Venise

L'ancienne première dame Naomi Campbell et Anne Hathaway font partie de celles dont Hugh Findletar a réinventé les visages en vases en verre.

Un vase dit flowerheadz de Hugh Findletar inspiré du visage de son amie Sara Nozza. Le vase est l'une des nombreuses pièces que M. Findletar expose lors d'une prochaine exposition d'art collective à Bergdorf Goodman à New York. Crédit... Matteo de Mayda pour le New York Times

Supporté par

Par Chantel Tattoli

Reportage de Venise

«Amore», a crié Hugh Findletar. « Amour ! »

Ces mots ont résonné dans le Studio Salvadore, un atelier familial de soufflage de verre situé à Murano, l'île italienne près de Venise connue pour son industrie du verre vieille de plusieurs siècles. Il était 15 heures un vendredi de la fin juillet et M. Findletar fabriquait des verres avec une petite équipe depuis environ 6 h 30 du matin. La température à proximité des fourneaux du studio avait atteint environ 120 degrés.

A l'embouchure d'un fourneau, des tiges de verre colorées alignées sur la tête d'une pelle fondaient ensemble. M. Findletar, 49 ans, a projeté des gouttelettes d'eau sur le verre, qui allait devenir une tasse, pour faire des bulles. Puis il se dirigea vers une table avec des bols remplis de verre pilé qui ressemblait davantage à du sable. Il a pris des pincées de particules, dans des tons de jaune citron et de rouge Campari, et les a saupoudrées sur la tasse pour créer des taches.

« J'appelle cela salir le verre », a déclaré M. Findletar. Certaines des pièces réalisées ce jour-là étaient destinées à India Mahdavi, décoratrice d'intérieur et architecte, qui commence à vendre ses verreries dans sa boutique éponyme à Paris.

Bien que M. Findletar fabrique des articles ménagers comme des tasses, il est peut-être mieux connu pour ses vases en forme de buste, qu'il appelle « flowerheadz ». Le « z », a-t-il dit, est pour sa fille, Zadie, qui porte le nom de l'écrivain Zadie Smith. Il utilise la lettre de manière généreuse : M. Findletar qualifie collectivement ses pièces de « glassz » et il a réalisé des sculptures de chevaux, de poissons et de coquillages qu'il appelle « horseheadz », « fishiez » et « shellz ».

Les vases flowerheadz sont généralement basés sur des personnes, et il a réalisé des versions inspirées du modèle Naomi Campbell, une portière qui travaille dans son immeuble à Milan et de Salomon, le roi biblique. Les pièces commencent à 25 000 $ et M. Findletar encourage les acheteurs à les remplir de fleurs. (Il aime les quenouilles, les anthuriums, les hortensias et les palmiers, qui, selon lui, créent des coiffures spectaculaires.)

Angela Missoni, 65 ans, présidente de la marque de mode Missoni, a acheté trois des vases, dont l'édition King Solomon. Mme Missoni a comparé le fait de disposer des fleurs dans les morceaux à « les emmener chez le coiffeur ».

Parmi les autres collectionneurs figurent Marina Prada, la sœur de Miuccia Prada, et les designers Domenico Dolce et Stefano Gabbana, qui ont commandé des vases flowerheadz à leur effigie. Le roi Mohammed VI du Maroc a acheté une école de huit sculptures fishiez à L'Éclaireur, un magasin de luxe à Paris. (Chacun coûte environ 7 500 $.)

En septembre, M. Findletar présentera de nouveaux vases flowerheadz chez Bergdorf Goodman à Midtown Manhattan, dans le cadre d'une exposition d'art collective organisée par la Spaceless Gallery dans la section décoration intérieure du grand magasin.

Certaines des pièces sont inspirées de personnes liées à New York, notamment la chanteuse de jazz Billie Holiday ; Patricia Field, la marchande devenue costumière de « Sex and the City » ; et Jacqueline Kennedy Onassis, que M. Findletar a représentée en rose bubble-gum, une référence à la couleur du costume Chanel qu'elle portait le jour où son premier mari, le président John F. Kennedy, a été abattu.

M. Findletar travaille généralement avec cinq autres artisans pour créer chaque vase flowerheadz. (Les oreilles sont appliquées en dernier.) Il travaille avec bon nombre des mêmes personnes depuis plus d'une décennie. « Quand je commence avec quelqu'un, il y a un mariage », dit-il à propos des liens professionnels qu'il a noués.

Son chemin pour devenir artiste verrier – et vers Murano, où il vit la plupart des week-ends – n’a pas été tout à fait direct.

M. Findletar est né en Jamaïque et a été élevé par ses grands-parents et arrière-grands-parents maternels, qui exploitaient une ferme de bananes et de café dans la paroisse de St. Ann, jusqu'à l'âge de 8 ans. Son intérêt pour les fleurs, dit-il, lui est venu de son enfance à ce qu'on appelle la paroisse-jardin de la Jamaïque.

PARTAGER